FONDS des AMIS de l’EGLISE NOTRE-DAME au SABLON

L’église Notre-Dame au Sablon est un joyau de l’art gothique au centre de Bruxelles dans le quartier historique du Sablon réputé pour ses antiquaires et chocolatiers.  L’église est ouverte 365 jours par an et accueille (gratuitement) chaque année 500.000 visiteurs. Il y a aussi moyen de la visiter virtuellement :

Visite virtuelle

Fonds

Un Fonds des Amis de l’église fut créé au sein de la Fondation Roi Baudouin pour faire appel aux dons afin de préserver ce patrimoine exceptionnel et de l’embellir au bénéfice des très nombreux visiteurs.

Voir plus

Projets

De nombreux projets furent déjà réalisés grâce à la générosité des amis, d’autres sont en cours et d’autres encore sont en attente de dons. Vous les trouverez commentés et illustrés en cliquant sur cet onglet.

Voir plus

Soutien

Comme la fabrique d’église est sans aucune ressource propre il n’y a que le mécénat outre des subsides qui permettent de réaliser des projets. Tout don même modeste est reçu avec la plus grande gratitude.

Voir plus

Peu après 1300, le Grand Serment des arbalétriers de Bruxelles obtient un terrain sur une colline sablonneuse, hors des murailles, pour y construire une chapelle en bois en l’honneur de la Vierge Marie.

En 1348 une femme dévote, Béatrice Soetkens, remarque qu’une statue de la Vierge Marie dans une église à Anvers est délaissée. La Vierge lui apparaît et lui ordonne de l’emmener à Bruxelles. Une force mystérieuse retient ceux qui essaient de l’arrêter. Elle l’embarque sur une nef qui est poussée mystérieusement sur l’Escaut et la Senne, sans voiles déployées.

Le Duc Jean III de Brabant entendant parler du miracle l’accueille et installe la statue dans la chapelle des arbalétriers. L’afflux de pèlerins les décide à construire l’église qu’on connaît actuellement. La construction prendra plus d’un siècle. C’est un magnifique exemple du gothique flamboyant.

Au XIXe on la dégage des maisons qui l’entouraient et on la restaure pour lui donner son aspect actuel.

Depuis des siècles on porte la statue de la Vierge en procession autour de l’église (en néerlandais Ommegang). C’est le nom du cortège historique prestigieux qui aujourd’hui encore part de l’église au Sablon pour rejoindre la Grand-Place évoquant la réception de Charles Quint et de son fils Philippe II par la magistrature de Bruxelles. Les serments des arbalétriers y jouent un rôle éminent. Les deux serments célèbrent aussi chaque année une Messe pour l’Ascension dans l’église.

Au cours des siècles l’église reçut un soutien indéfectible de grandes familles historiques: les Habsbourg, les Tour et Tassis, les d’Arenberg et bien d’autres. On retrouve aisément les marques de leur attachement à l’église. La famille impériale offrit des magnifiques vitraux hélas détruits par une tornade.

Les Tour et Tassis qui habitaient en face de l’église et avaient le monopole de la poste internationale depuis 1516 construirent deux chapelles baroques dans l’église. La chapelle Sainte Ursule est entièrement de marbre noir et décorée de statues de marbre de Carrare de la main des plus grands sculpteurs de l’époque.

Une de ces statues, La Charité, volée à la révolution française fut heureusement récupérée par la Fondation Roi Baudouin lors d’une vente publique. Elle attend la restauration de la chapelle pour y retrouver sa place.

Les d’Arenberg installèrent au XIXe les vitraux du chœur. Cet exemple fut suivi par les nombreuses familles habitant aux alentours à l’époque : les Merode, Lannoy, Cornet, Wittouck, Ursel,… Ces vitraux du XIXe et XXe siècle font la renommée de l’église.

De nombreux personnages célèbres sont associés à l’église tels :

  • Marie de Hongrie qui y fut baptisée,
  • Lamoral d’Egmont et Philippe de Hornes paroissiens avant d’être décapités sur la Grand-Place,
  • Voltaire se querella pendant la Messe avec Jean-Baptiste Rousseau dit le Grand Rousseau,
  • Paul Claudel ambassadeur à Bruxelles venait y prier tous les jours.

L’église au Sablon a aussi une tradition musicale séculaire : Pietro Antonio Fiocco y fut maître de musique avant de devenir directeur de La Monnaie, et des œuvres des compositeurs Tinel et Gevaert y furent créées. De nos jours trois organistes attitrés et des cantatrices renommées gardent la tradition bien vivante.

L’église est aussi ornée d’un grand nombre de statues (Grupello, Duquesnoy, Van Beveren,… et tableaux (Michel Coxcie, Quellin le Vieux, Abraham Janssen,…). Le chœur a des écoinçons datant du début du XVe siècle qui sont comme une bande dessinée du Moyen-Age.